Semaine des Primeurs 2021 à Bordeaux

Table des matières:

Du 25 au 28 avril 2022, pour la première fois depuis les restrictions liées à la pandémie, la Semaine des Primeurs s’est déroulée à Bordeaux dans son format habituel – avec des grandes dégustations et des professionnels du vin venus des quatre coins du monde. Habitant Bordeaux, je ne pouvais pas manquer l’occasion de voir le fruit du travail des vignerons pendant l’année 2021, assez difficile pour eux. Cet article va se concentrer sur les caractéristiques du millésime, je publierai mes notes de dégustation au fur et à mesure dans des articles suivants.
Avant de passer à l’analyse des conditions climatiques pour 2021, un petit rappel des conditions pour un millésime idéal pour le vin rouge de Bordeaux:

  • Un temps chaud et sec pendant la période de floraison et de nouaison – essentiel pour une formation régulière des fleurs, suivie d’une pollinisation réussie, qui à son tour assurera le volume nécessaire de la récolte, une bonne formation et une maturation harmonieuse des baies. Un temps pluvieux et nuageux rendra la formation des fleurs et la pollinisation difficiles. Il raccourcira la période de maturation et réduira le volume de la récolte, car la formation des baies commencera plus tard et donc aura besoin de plus de temps.
  • Un léger stress hydrique en juillet avant la maturation des baies est nécessaire pour arrêter la croissance de vigne, qui se concentrera alors sur la maturation des fruits plutôt que sur le développement de son feuillage.
  • Un temps ensoleillé avec des précipitations modérées – pour que les baies mûrissent bien et d’une manière uniforme – une humidité excessive augmentera le volume du jus, diluant le bouquet du futur vin, tandis qu’un manque sévère d’humidité (un fort stress hydrique) stoppera la photosynthèse, qui à son tour stoppera l’accumulation de sucre dans les raisins.
  • Un temps chaud et ensoleillé avant et pendant les vendanges, avec peu de précipitations et des nuits fraîches, permettra aux raisins d’atteindre une maturité optimale sans risque de pourriture grise et de dilution du bouquet (s’il pleut) ou de baisse de l’acidité (sil’amplitude des temperatures entre le jour et la nuit n’est pas suffisante).

/Caractéristiques du millésime 2021 à Bordeaux

La première particularité de ce millésime est une météo plutôt inhabituelle en hiver. Décembre 2020-janvier 2021 ont été marqués par de fortes précipitations et une alternance de périodes chaudes et froides, qui a ramené les températures moyennes vers la valeur normale. En revanche, les températures du mois de février ont été pratiquement les plus élevées depuis 50 ans.
Le début et la fin du mois de mars ont également été particulièrement chauds, mais le milieu du mois ) plus frais, ce qui a ramené les moyennes de température à leurs niveaux habituels.
Cependant, après de longues périodes de chaleur anormale, le sol s’est suffisamment réchauffé pour inciter un débourrement de vignes précoce à la fin du mois de mars et une floraison également précoce – au début du mois d’avril, qui a aussi été marqué par des températures élevées.
Les 10 jours d’avril suivants ont été plus froids que d’habitude, et les 7 et 8 avril, une vague de gel a frappé le vignoble bordelais, affectant toutes les appellations. Prochaine vague de gel esr arrivée au début de mai, après un temps chaud et sec à partir du 25 avril. La croissance de vigne a suivi l’alternance des temperatures en ralentissant pendant les gelées et en reprennant pendant les périodes de rechauffement.
Les conditions des mois de mai et juin – fortes pluies avec des périodes de chaleur – ont provoqué des maladies de la vigne, notamment le mildiou, que de nombreux viticulteurs ont rencontré.
Le début du mois de juin a été chaud, sans précipitations ! La vigne a donc pu fleurir et les baies ont pu se former dans des conditions favorables. Mais les orages et la grêle qui sont arrovées par la suite ont créé une ambiance chaude et humide, favorable au mildiou. Afin de sauver la récolte, les vignerons ont dû recourir au traitement des vignes approprié, parfois plus fréquent qu’habituellement.
Dans certaines parties de la région, le niveau de précipitations cumulé en juin était proche de la norme de deux mois, et certaines zones avaient été dévastées par la grêle. C’est pourquoi, à la fin du mois, selon l’endroit de la région, les vignes se trouvaient à différents stades de leur cycle – certaines commençaient tout juste à former des grappes et tandis que sur d’autres les grappes ont été déjà bien formées.
Ainsi, un temps chaud sans précipitations excessives audébut du millésime 2021 ont permi une floraison réussie, mais après la nouaison, les conditions ont été moins favorables pour la vigne (humidité, chaleur, orages).
Le mois de juillet, habituellement le plus chaud d’été, a été, au contraire, frais et humide avec des averses quasi quotidiennes, hormis les premiers jours ensoleillés et la troisième semaine du mois. En conséquence, les températures mensuelles moyennes ont été inférieures de 1 à 2 degrés à la normale et l’ensoleillement a été inférieur de 10 à 15 %. Ces conditions ont provoqué le développement du mildiou aussi sur les grappes et pas seulement sur les feuilles.
De plus, en raison de l’absence de stress hydrique, les vignes ont continué à pousser et les baies ont continué à se gorger de jus au lieu d’entrer dans la première phase de maturation – la véraison – le changement de couleur. La maturation a commencé à la mi-août, dans les mêmes conditions fraîches mais déjà plus sèches.
Contrairement aux trois millésimes précédents (2018, 2019,2020), en été 2021 il n’y a pas eu des périodes de canicule, au contraire, les températures moyennes de juillet et août ont été inférieures à la moyenne. Par conséquent, la maturité technique des raisins (teneur en sucre) a été atteinte lentement, et à la fin du mois d’août, les baies possédaient encore une teneur en acide malique assez élevée, et donc un niveau d’acidité élevé.
A partir de la fin du mois d’août, chaud mais pas trop, sec et ensoleillé, la maturation des raisins s’est accélérée, l’acidité a diminué, mais l’accumulation de sucre a néanmoins été lente.
Ainsi, les conditions d’arrêt de croissance de la vigne au début de la maturation et de léger stress hydrique n’ont pas été remplies pour les cépages rouges en 2021. A cause des pluies fréquentes et au temps frais, les vignes ont continué à croître et à augmenter le volume de jus dans les baies, dont la taille était également supérieure à la moyenne.
Les cépages blancs ont commencé à être récoltées à la fin du mois d’août (Sauvignon Blanc) et ont continué jusqu’à la troisième semaine de septembre (Sémillon).
En revanche, le mois de septembre a été le plus chaud depuis 2000, sous l’influence de l’anticyclone et des nuages épais qui ont maintenu les températures nocturnes au-dessus de la normale. Dans ces conditions, le Merlot a acceleré sa maturation, mais n’a finalement pas atteint le niveau souhaité d’anthocyanes (agents colorants). La teneur en sucre du Merlot est également restée inférieure à la normale, et l’acidité était l’une des plus élevées de ces dix dernières années.
Les vendanges du Merlot ont commencé fin septembre et se sont terminées début octobre, avant la période des pluies, car les viticulteurs craignaient le développement de la pourriture grise et une détérioration de l’état des raisins avec une peau fine. Par conséquent, le Merlot n’a pas atteint leur niveau optimal de maturité partout dans la région.
Le dernier millésime n’a donc pas été particulièrement favorable pour Merlot. Le mois de juillet pluvieux a favorisé le gonflement des raisins et l’été plutôt frais a ralenti la maturation optimale des raisins. En outre, à cause des pluies d’automne, le Merlot a été récolté plus tôt, avant atteindre une maturité optimale.
Le Cabernet Sauvignon, un cépage avec une peau plus épaisse et qui nécessite une période de maturation plus longue, a pu bénéficier des conditions nécessaires (période de maturation et de récolte de fin de saison sèche et ensoleillée) en octobre, le plus ensoleillé depuis 1991 – journées chaudes, nuits fraîches, sans précipitations excessives. Le profil du Cabernet Sauvignon 2021 est également différent de son profil de trois dernières années – avec moins de sucre (et donc avec des niveaux d’alcool plus bas) et une acidité plus élevée.
Ainsi, le Cabernet Sauvignon, en raison de sa période de maturation plus longue, a pu bénéficier de conditions plus favorables que le Merlot ! Le millésime 2021 a donc été dans l’ensemble plus réussi pour ce cépage. Cependant, tous les sites de Bordeaux n’ont pas obtenu les mêmes résultats avec Cabernet Sauvignon, en raison de l’hétérogénéité du terroir.
Pour ses variétés rouges, le Millesime 2021 présente les caractéristiques suivantes :

  • Taille des baies plus importante que la moyenne des 5 dernières années
  • Une teneur en sucre plus faible
  • Acidité plus élevée

Vins doux de Sauternes

Pour les vins liquoreux de Sauternes 2021, le millésime a été encore plus difficile, car à part le gel de printemps cette appellation a été impacté par les fortes pluies en mai et la grêle en juin. La fin de l’été relativement fraîche et sèche a ralenti l’apparition et la propagation de la pourriture noble. Mais les pluies de fin septembre ont déclenché son développement sur des raisins mûrs à forte acidité. La première période chaude et sèche du début du mois d’octobre a augmenté la concentration d’aromes dans les baies : Mais à cause des aléas climatiques, une sélection stricte a dû être appliquée sur les baies où la pourriture grise commençait juste à atteindre le bon état pour les vins de Sauternes. Deux tris suivants ont permis de sélectionner davantage de raisins à un stade optimal de développement de la pourriture noble – et ont donné une bonne base pour un vin doux exceptionnel.

Caractéristiques des (futurs) vins de 2021

Blancs secs – Les millésimes aux étés frais deviennent généralement des grands millésimes de vins blancs secs, car les cépages blancs ont le temps de mûrir, tout en conservant l’acidité et arômes varietaux vifs. Le millésime 2021 ne fait pas exception. La récolte de Sauvignon Blanc a été exceptionnelle, mûre et aromatique. Pour le deuxième cépage blanc principale dans les vins blancs de Bordeaux – le sémillon – le millésime 2021 a été un peu plus difficile, mais sur le terroir le plus approprié, Sémillon a également donné d’excellents résultats.
Blancs liquoreux – très petit volume, mais d’une qualité exceptionnelle. En fin de saison, peu plus longue pour les raisins botrytisés, les conditions climatiques ont été défavorables, entraînant le développement de la pourriture grise et réduisant le volume de la récolte en raison de la sélection très stricte des baies. Mais les vins obtenus ont dépassé toutes les attentes – corsés, complexes, avec une acidité élevée, nécessaire pour obtenir des vins liquoureux équilibrés.
Rouges – Le Merlot a eu plus de mal que le Cabernet Sauvignon en raison d’un été frais, d’un arrêt tardif de la croissance (qui a ralenti sa maturation) et des pluies avant les vendanges. Certains vins de la rive droite, où ce cépage est majoritaire, manquent de concentration, leurs tannins semblent durs et l’acidité paraît trop élevée par rapport à leur concetration. Néanmoins, il faut noter que le Merlot avait un taux d’alcool élevé au cours des dernières années chaudes, alors qu’en 2021, les vins basés sur ce cépage sont plus classiques pour Bordeaux et possedent une équilibre entre alcool et l’acidité. Le Cabernet Sauvignon, qui mûrit plus tard, a pu profiter des températures chaudes de la mi-automne pour achever sa maturation. Ce cépage, notamment celui cultivé sur des sols graveleux, donne de la profondeur, de la concentration et de l’acidité dans les assemblages. Comme le Cabernet Sauvignon 2021 a été plus réussi que le Merlot, les viticulteurs ont inclus le Cabernet dans de plus grandes proportions dans les assemblages de leurs vins.

Conclusion

Un été frais et humide et un temps variable en fin de saison ont fait le millésime 2021très éprouvant pour les vignerons. Cependant, il a donné de très bons résultats sur le Rive Droite et le Rive Gauche de Bordeaux, notamment pour les vins blancs. Il est également important de noter que les vins de 2021 sont proches des classiques bordelais, avec une acidité élevée, un corps moyen et un niveau d’alcool moyen, tout à fait à la différence des trois derniers millésimes, qui ont produit des vins de Bordeaux riches et puissants.

Смотрите также

Semaine des Primeurs 2021 à Bordeaux. Grand Cercle des Vins de Bordeaux

Подробнее о вине

Semaine des Primeurs à Bordeaux: Crus Bourgeois de Médoc, dégustations et mon avis

Подробнее о вине

Semaine des Primeurs 2021 à Bordeaux. Pessac-Léognan - dégustations et mon impression

Подробнее о вине

Semaine des Primeurs 2021 à Bordeaux

Подробнее о вине